3ds_lmansion_1_illu01_e3_18397.nphd

La plupart d’entre vous se souviennent très bien de Luigi’s Mansion, sorti en 2002 sur Gamecube. Si c’est le cas, vous deviez être comme des petits fous lors de l’annonce d’un deuxième opus sur 3DS. C’est bien cool pour vous, mais c’est pas mon cas. Tout d’abord, Luigi’s Mansion 2 est un jeu que je n’aurai pas acheté moi même, on a dû me le prêter pour que j’y joue. Et même s’il est accrocheur sur le moment, il fait parti de ces jeux qui laissent un goût amer dans la gorge. Voyons donc pourquoi.

ÇA COMMENÇAIT POURTANT BIEN

Tout va pour le mieux pour le docteur K.Tastroff depuis que Luigi l’a aidé dans le premier opus, mais soudain, la lune noire, qui lui permet de rendre les fantômes doux comme des agneaux se retrouve brisée et envoyée aux quatre coins de la vallée des ombres. C’est donc un prétexte convenable pour invoquer -ou plutôt télépixeliser- notre ami Luigi et lui demander de régler ce beau merdier. Vous voilà donc sous les ordres du professeur, qui vous demande bien gentiment d’aller vider la vallée des ombres de ses occupants tout en récupérant tous les fragments de la lune noire disparue.

Une fois son prototype de télépixélisation testé, vous vous retrouverez dans divers environnements de la vallée des ombres. Et là. Là. Bah c’est beau. Je vois honnêtement pas quoi ajouter de plus. L’esthétique enfantine de Luigi’s Mansion 2 est de très bonne facture et remplit très bien son rôle, et même avec la 3D de la console activée, ça reste viable. Mais c’est malheureusement tout ce que le jeu a pour lui. En premier lieu, la bande son est monotone et n’est là que parce qu’elle doit y être,. Et elle est enfantine, comme tout le reste du jeu, parce qu’il ne faut pas non plus qu’il soit trop flippant pour son public de base : les enfants.

C'EST BEAU AAAAAAAH.

MAIS LA TRISTE RÉALITÉ REVIENT TOUJOURS

Car oui, Luigi’s Mansion 2 est un jeu destiné au plus jeunes. Et aussi aux fans du premier opus, mais ils ne représentent qu’une petite part des ventes, alors c’est pas important. Et cela se ressent le plus dans son gameplay et sa difficulté. Des mécaniques de jeu simplistes, des niveaux qui se ressemblent et cela même dans des environnements différents. Armé de l’Ectoblast 5000, vous allez devoir chasser les fantômes (en les éblouissant pour pouvoir les aspirer correctement), trouver la porte d’entrée de la salle du boss, voir qu’elle est fermée et partir à la recherche du mécanisme d’ouverture, ouvrir la porte puis battre le boss. Et ça cinq fois d’affilée. Cela ne dérangerait personne si la difficulté était au rendez-vous. Mais ce n’est pas le cas. Même si il est destiné à un public jeune, Luigi’s Mansion 2 a une difficulté monotone. Que ce soit dans les énigmes qui sont toutes très -voir trop- similaires, le level design (l’agencement des niveaux) presque copié/collé d’une zone à une autre. La seule hausse de difficulté est que certains fantômes des dernières zones sont plus durs à capturer que d’autres.

Là où Nintendo attire les moins jeunes, c’est avec les gemmes et les boos à récupérer dans les différents niveaux. « Attrapez les tous », voilà, en gros, ce que demande Nintendo aux courageux qui sont tombés dans la folie de terminer leurs jeux à 100%. Mais ce n’est pas tout, on note également un mode multijoueur, qui possède… trois malheureux modes. Attrapez des fantômes, trouvez l’Ectochien ou quittez l’étage avant le temps imparti. Voilà ce que vous pourrez faire en dehors de la quête principale.

Aie aie aie, dur dur d'attraper des fantômes...

Luigi’s Mansion 2 est, pour moi qui n’ai pas connu son aîné, un jeu qui n’a réellement que ses graphismes pour lui. Le reste étant très enfantin et avec une ambiance à peine stressante. Et même si sur le coup, on se prend au jeu, on enchaîne les niveaux et on le finit très rapidement. Au final, on est quand même assez déçu, on aurait aimé pouvoir jouer plus, et voir certaines choses bien mieux exploitées. Donc pour moi, c’est assez mitigé. Mais cela ne vous empêche pas de passer un court mais bon moment.

 

Soit le premier à aimer cet article

Par :



Laisser une réponse