RetroNoFuture_ITW-Pierre-Jonathan

Nous revoilà, c’est encore nous. Une fois de plus nous allons parler du Retro (No) Future. Oui, il faut parler de cet événement, c’est important de parler des bonnes choses. D’autant plus si l’on souhaite qu’un jour il y ait plus de festivals de ce genre là en France. Alors mes amis soutenons ces projets innovants et originaux et parlons-en partout autour de nous ! Le bouche à oreille fera le reste. Puis ça nous fait plaisir d’en parler et de partager toute cette passion avec vous. Si si, on vous assure.

Mais on s’égare…

Aujourd’hui, nous donnons la parole à des créateurs rencontrés lors de ce festival et avec qui nous avons partagé bien plus que de la passion pour le jeu vidéo (mais rien de sexuel, nous savons rester correct le premier soir). A notre gauche, dans le coin rouge, Pierre Corbinais, aussi connu sous le pseudonyme de Pierrec sur les Internets, rédacteur du site Oujevipo.fr et adorateur des Game Jams. Il en a même lancé une en amont de Retro (No) Future : c’est le No Future Contest. A ma droite, dans le coin bleu, Jonathan Brassaud, jeune développeur qui travaille actuellement sur son titre Inexistence. Hum… Que dis tu lecteur ? Nous les présentons mal ? Oui, tu as certainement raison et c’est pourquoi nous allons désormais les laisser parler d’eux et de ce qu’ils font car ils se débrouilleront bien mieux que nous sur ce sujet là !

Arkham-Development

Mais juste avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons que le Retro (No) Future permettait aux intervenants de présenter leur jeux mais également leurs créations trans-média (nous reviendrons là-dessus avec une prochaine interview) ou leurs technologies au sens large. Un moteur graphique par exemple ! On pense évidemment à Antoine Guillon d’Arkham Developpement avec qui nous avons pu discuter longuement et qui nous a présenté quelques un des jeux développées avec son moteur graphique Antiryad Gx. L’occasion de voir l’envers du décors de la création vidéoludique avec ses propres titres ou ceux de ses clients réalisés sur son moteur cross plateform 2D et 3D. Nous avons donc pu tâter le casse brique Break Diamond et le FPS Dark Area 3, tous deux disponibles sur iOS, Android et Linux. Pour plus d’infos sur le travail d’Antoine Guillon et son moteur qui a fait tourner des dizaines de jeux depuis 1997, c’est par ici.

On s’excuse d’avance pour la qualité sonore de la première interview : notre matos nous a fait défaut. Vous pouvez activer les sous-titres via le lecteur vidéo.

Et hop, au tour du cher Jonathan Brassaud de prendre le micro :

Voilà, on espère que tout ça vous a plu. Nous on s’arrête ici pour le moment mais ce n’est pas fini… On se retrouve trèèèès bientôt pour parler de deux autres créateurs qui… en fait on n’en dira pas plus. Ce serait un peu gâcher une surprise. Une surprise ça se savoure, ça se bichonne une surprise. Et justement le Retro (No) Future festival en est plein ! Vous avez jusqu’au 20 octobre pour profiter des installations d’artistes et des jeux de sa sélection officielle. L’installation a maigri par rapport à l’inauguration, mais l’entrée est gratuite et vous pourrez toujours jouez du joystick !

A bientôt pour la suite !

signature_gameurz

Soit le premier à aimer cet article


2 Réponses de ouf !

  1. Zalla Zalla dit :

    Jonathan : je l’achète ton jeu *_* il a l’air génial!

  2. Es sind maximal 39 von 51 Trophäen erspielbar.

Laisser une réponse